Monographies
des communes du canton du Cateau-Cambrésis

Saint-Souplet

À propos de la monographie de SAINT-SOUPLET

La monographie de Saint-Souplet, 16e des 17 monographies du canton du Cateau rédigées à la demande de l'inspection primaire du Quesnoy, est la plus volumineuse du lot après celle du Cateau : 146 pages manuscrites, dont fort peu d'illustrations et de photographies.

La présentation est remarquable, avec deux superbes pages de garde calligraphiées et illustrées. Pour le contenu, chaque page a été méticuleusement encadrée avec un motif géométrique noir et rouge.

Le plan de texte est plus que clair : les questions de l'inspecteur sont numérotées et reprises une par une, dans un style décidément scolaire. L'écriture est bien lisible et laisse peu de doutes sur l'orthographe des noms propres.

Le contenu

Les informations sur la géographie physique sont précises et détaillées, en particulier pour tout ce qui concerne l'agriculture. A l'inverse, l'étymologie des lieu-dits est promptement expédiée.

Pour la partie historique le style tranche : l'auteur s'autorise des envolées lyriques en évoquant les origines de la commune. Toutes les époques depuis l'antiquité sont couvertes ; peu de sources sont citées, et nombre d'anecdotes douteuses sont présentées comme factuelles.

La section des personnages célèbres est entièrement consacrée aux louanges du Général Baron Locqneux : après avoir vanté ses exploits martiaux, l'auteur inclut une copie de son brevet d'officier de la Légion d'Honneur, ainsi que de son titre de Baron.

Le chapitre des archives communales détaille l'évolution de la tenue des registres d’État civil ainsi que la succession des maires.

Le chapitre dédié à l'enseignement est très intéressant : l'auteur y évoque (avec nostalgie?) les techniques pédagogiques du temps passé et la fête des écoliers. On y découvre que Saint-Souplet est plutôt en avance en matière d'éducation.

Suivent les listes de maîtres, maîtresses, curés et l'évolution démographique de la commune ; puis un chapitre assez détaillé sur les coutumes locales et jeux traditionnels.

Le dernier chapitre important est consacré à l'usine textile.

L'auteur conclut sur les sociétés – notamment les fanfares – et sur les jeux encore pratiqués à l'époque de la rédaction.

Les illustrations

Très peu d'illustrations dans cette monographie :

  • la 2e page de garde comporte des illustrations symboliques (instruments de l'éducation à gauche, de l'agriculture à droite, balance au milieu…)
  • le blason de Saint-Souplet est reproduit
  • un plan de la commune
Quelques photographies :
  • 2 de l'église
  • 1 de l'école des garçons, 1 de celle des filles et 1 de la maternelle
  • 1 de l'instituteur dans sa classe
  • enfin, 4 de l'usine dans un état de conservation tout à fait exceptionnel.

Transcripteur : Jacques BOUVART
Introduction : Quentin BOUVART



Télécharger la retranscription en PDF (31,7 Mo)

Consulter les scans du document original


Le contenu de ce site est sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND 3.0