Monographies
des communes du canton du Cateau-Cambrésis

Mazinghien

À propos de la monographie de MAZINGHIEN

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ajoute un petit complément à l'introduction rédigée par mon époux Jacques Bouvart, pour l'important travail qu'il a réalisé au service de la diffusion des monographies des communes du canton du Cateau-Cambrésis.

En 2011, la maladie l'a empêché d'achever une retranscription minutieuse, à laquelle il a donné vie grâce à des notes personnelles. Après son décès le 1er janvier 2012, qui nous a profondément affecté, nous avons décidé, ses deux enfants Aude, Quentin et moi, d'achever ce travail afin de pouvoir rendre public le document.

Avec l'aide de ma fille, nous avons donc achevé le patient travail de relecture, indispensable pour traquer les petites erreurs et oublis inévitables (ce travail était déjà achevé au deux tiers). Nous avons également voulu faire figurer la commune de Mazinghien dans cet ensemble (seule commune du canton manquante). Pour cela, il a fallu avoir recours à la monographie rédigée par l'Abbé L. Baudchon en 1926. Le manuscrit original, conservé dans les archives de la commune, nous a été aimablement communiqué par M. Hennequart, maire de Mazinghien, qui nous a également communiqué la retranscription faite par M. Marcel Carpentier, pour laquelle nous avons fait le travail de relecture.

Nous espérons que le travail d'un abbé s'intégrera bien avec celui de nos instituteurs laïcs ! L'Abbé Baudchon se contente souvent de reproduire des listes émanant de documents d'archives, mais certains détails sur la vie de la paroisse sont assez pittoresques, notamment sur la séparation de l'église et de l'état. On est également surpris de découvrir un presbytère orné de peaux d'animaux africains, souvenirs d'un général parent du curé (mais on peut se demander s'il s'agit des trophées d'un chasseur blanc, ou des acquisitions d'un émule de Tartarin...)

Il nous fallait encore, pour rendre facilement accessible cet ensemble, le diffuser à l'aide de la technologie numérique. C'est ici que mon fils Quentin est intervenu, en mettant ses compétences professionnelles informatiques au service de ce projet.

Cette entreprise familiale voit donc son achèvement : nous espérons qu'elle pourra être utile aux communes concernées, aux historiens et amateurs d'histoire locale, et à tous les acteurs qui œuvrent pour la valorisation du patrimoine rural de nos villages.

Transcripteur : Marcel Carpentier
Introduction : Christiane BOUVART



Télécharger la retranscription en PDF (7,2 Mo)


Le contenu de ce site est sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND 3.0