Monographies
des communes du canton du Cateau-Cambrésis

Introduction


Le Docteur Pierre TISON (1894-1953) a été l’historien passionné de sa ville, Le Cateau-Cambrésis. Il a rédigé une histoire complète de cette cité au riche passé historique, depuis les origines, jusqu’en 1944. Mais son ouvrage, presque achevé, est resté inédit, à l’état de tapuscrit préparatoire.

La Médiathèque municipale du Cateau, quelques années après son ouverture en 1983 a développé un fonds local, et a pu joindre aux collections proposées au public, une copie de ce tapuscrit conservé aux Archives départementales du Nord, dupliquée sur de fines feuilles de papier. Photocopiées, elles ont pendant des années été consultées fréquemment par tous les curieux d’histoire locale, car la présentation chronologique s’est révélée pratique pour les recherches. 


L’histoire qu’il nous livre est celle de son époque, marquée par l’admiration des grands hommes, accordant plus d’importance aux évènements militaires qu’à l’histoire sociale… Mais il écrit avec beaucoup de sensibilité, évoquant avec émotion des personnalités qu’il admire, comme Fénelon. C’est aussi un humaniste et un latiniste, appartenant à ces générations de médecins disponibles pour des recherches, amoureux de la culture, et ayant une certaine idée de l’Histoire de France. Il est aussi profondément imprégné de culture chrétienne et bon connaisseur en art.

Nous avons constaté aussi, que, s’il ne citait pas toujours clairement ses sources, l’auteur avait consulté de très nombreuses archives sur place, ainsi qu’à Cambrai (archevêché), et Lille.

Il nous livre aussi des anecdotes sur des évènements locaux, apportant des éclairages inédits sur la vie quotidienne d’une petite ville. Il a connu les deux guerres mondiales en tant que médecin, et en livre de précieux témoignages.

Si son style n’est pas toujours clair, il ne faut pas oublier que l’ouvrage est resté à l’état de brouillon : ses articles historiques parus (le Collège des Jésuites, Fénelon) montrent qu’il rédigeait avec clarté et exigence.


Avec le soutien de la Médiathèque municipale du Cateau, les deux transcripteurs du texte, Philippe Barbet (Les Amis du Cambrésis), et Christiane Bouvart (ancienne bibliothécaire du Cateau-Cambrésis), ont souhaité mettre à la disposition des historiens et de tous les curieux d’Histoire ce texte essentiel sur la Ville du Cateau.


D’une part les passages les plus rédigés, et aussi les grands moments de l’Histoire seront reproduits progressivement dans l’excellente revue « Jadis en Cambrésis », qui depuis sa fondation en 1978 se constitue en véritable encyclopédie du passé du Cambrésis : le Traité du Cateau-Cambrésis, Fénelon, le Maréchal Mortier, la guerre de 1870, les guerres mondiales... Le texte, non retouché, comporte de légères corrections (ponctuation, majuscules, paragraphes, emplacement des notes…). Il sera complété par des notes explicatives et des illustrations par Philippe Barbet.

La première parution dans cette revue concerne un très beau texte inédit sur l’église du Cateau, rédigé à part des Notes en 1941 (13 pages). Communiqué par Pierre Tison à un autre grand historien local, Lucien Durin, il fut remis par ce dernier en don à la Médiathèque municipale. Il est à ce jour le texte le plus exact et le plus complet sur cette église trop méconnue, chef-d’œuvre de l’art maniériste régional du XVIIe siècle (Jadis en Cambrésis, n° 134, mai 2021).


D’autre part, la retranscription du texte par Philippe Barbet et Christiane Bouvart (texte non retouché, sans illustrations, et avec les seules notes de Pierre Tison), ainsi que le texte original intégral numérisé par Philippe Barbet, sont mis en ligne grâce à Quentin Bouvart, qui avait déjà assuré la parution du manuscrit inédit des monographies du canton du Cateau en 1900, par les instituteurs, acquis et conservé par la Médiathèque du Cateau-Cambrésis.

En mettant ces textes à la portée de tous, nous souhaitons répondre aux curiosités de tous ceux qui s’intéressent à l’Histoire, et aussi promouvoir de futures recherches, sur une cité pleine de richesses historiques et de particularismes, dont l’histoire demeure trop peu connue.

Christiane Bouvart




Notes pour la restranscription web

Un effort a été fourni pour rendre le contenu plus clair et lisible en utilisant des codes typographiques constants : sources soulignées, nota bene encadrés, citations italiques... Mais des ambigüités dans le document utilisé (ainsi qu'une contrainte de temps qui ne permet pas autant de relectures que souhaitable) font qu'il y aura certainement quelques erreurs à ce niveau, comme une note de l'auteur indiquée à tort comme une citation.


Les documents qui ont servi de base à ce travail sont disponibles au téléchargement aux formats PDF et ODT, et permettront au lecteur de faire sa propre opinion en cas de doute.


Nous ne disposons plus des scans du tapuscrit original exceptés ceux du premier fascicule disponibles en cliquant ici.

Quentin Bouvart